Statistiques

Ne perdez pas de vue que votre assureur qui exerce aujourd'hui votre recours contre un de ses confrères instruit des dossiers où la situation est inversée. 
Ainsi sur les 3 000 dossiers de victimes de graves accidents, seulement 1/10ème font l'objet d'un procès, et 90% transigent pour des sommes représentant moins de la moitié de ce qu'elles auraient obtenu en saisissant les tribunaux 
(Source : Mme Neher-Schaub, conseillère à la 17ème chambre de la Cour d'Appel). C'est pourquoi les compagnies d'assurances recherchent systématiquement une transaction. 
Il est donc nécessaire de consulter systématiquement un professionnel de ces problèmes et parfois d'avoir recours à une action en justice qui reste de la compétence exclusive d'un avocat. 

La mortalité a reculé de 8,2 % en 2008 sur les routes en France, portant à 4 443 le nombre de personnes tuées. Avec cette septième année de baisse consécutive, ce nombre a été réduit pratiquement de moitié depuis 2002 (– 44,3 %) ; 

76 767 accidents corporels ont été enregistrés soit une baisse de 8,4 % par rapport. Sur la métropole seule, les chiffres correspondants sont de 74 487 accidents corporels (– 8,3 % par rapport à 2007), 4 275 personnes tuées (– 7,5 %), 93 788 blessés (9,1 %) dont 34 965 hospitalisées (– 9,5 %) et 58 833 blessées légèrement (– 8,9 %). 

La conduite sous l’emprise de l’alcool est la première cause infractionnelle de mortalité au volant. 
Elle ne marque pas de progrès en 2008. Or, la vie de plus de 1 200 personnes aurait pu être préservée en l’absence d’un dépassement du taux légal d’alcool. 

La France, selon l’indicateur « personnes tuées par million d’habitants », améliore son rang au niveau européen. Elle se classe depuis 2007 au huitième rang sur les vingt sept pays de l’Union européenne données disponibles sur le site de la sécurité routière. 

L’O.M.S. (Office Mondial de la Santé) a dressé un tableau des maladies ou traumatismes induisant des pertes en années de vies corrigées des incapacités (AVCI). Les AVCI permettent de mesurer les défaillances de santé en combinant des renseignements sur le nombre d’années perdues à cause d’un décès prématuré et la perte de santé due à une incapacité.


1990

2020

Maladie ou traumatisme

Maladie ou traumatisme

1

Infections des voies respiratoires inférieurs

1

Cardiophaties ischémiques

2

Maladies diarrhéiques

2

Dépressions unipolaires majeures

3

Pathologies périnatales

3

Traumatismes dus aux accidents de la circulation

4

Dépressions unipolaires majeures

4

Maladies cérébrovasculaires

5

Cardiophaties ischémiques

5

Bronchopneumopathies chroniques obstructives

6

Maladies cardiovasculaires

6

Infections des voies respiratoires inférieurs

7

Tuberculose

7

Tuberculose

8

Rougeole

8

Guerre

9

Traumatismes dus aux accidents de la circulation

9

Maladies diarrhéiques

10

Anomalies congénitales

10

VIH

Source : Murray CJL, Lopez AD, eds. The global burden of disease : a comprehensive assessment of mortality and disability from diseases, injuries and risks factors in 1990 and projected to 2020. Boston, Harvard University Press, 1996 


Ce tableau, publié lors de la Journée mondiale de la santé, montre que le fardeau des accidents de la route risque de prendre encore de l’ampleur en 2020. Les accidents de la circulation représenteront alors la 3ème principale cause de perte d’années de vies corrigés de l’incapacité en 2020.

L’OMS estime, en 2002, que 1,18 million de personnes ont été tuées et 50 millions blessées lors d’un accident de la route. Les accidents de la circulation représentent aujourd’hui la 11ème cause de décès dans le monde, soit 2,1 % de l’ensemble des décès constatés. Les pays sont très inégaux devant ce fléau : 90 % des tués vivaient dans un pays à faible ou moyen revenu. 

Ces chiffres, déjà dramatiques, devraient augmenter d’environ 65 % dans les vingt prochaines années si aucune nouvelle politique de prévention n’est mise en place. On estime que la mortalité routière devrait reculer de 30 % dans les pays riches tandis qu’elle augmentera de plus de 80 % dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Une véritable politique de prévention devrait inclure un programme dans les écoles sanctionné par un diplôme. 

Selon les pays, la structure des décès est considérablement différente : dans les pays les plus aisés, la majorité des tués sur les routes sont les conducteurs des voitures, mais dans les pays moins riches, les usagers vulnérables (piétons, cyclistes, cyclomotoristes, motocyclistes) pèsent beaucoup plus lourd dans la morbidité routière : par exemple, en Inde, plus de 40 % des tués sont des piétons. 

Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation. Un résumé du rapport est disponible sur le site Internet : http://www.who.int/world-health-day/2004/infomaterials/world_report/en/summary_fr.pdf Monde – Grands thèmes de la sécurité routière en France – ONISR – Février 2008 



On constate que depuis 10 ans, il n’y a pas eu de progrès sur le facteur alcool. Il passe au premier plan devant la vitesse, alors que c’était l’inverse il y a peu de temps encore. Pour exemple, un aperçu des causes des accidents : 




Alcool 25% - Vitesse 20% - Ceinture 9% - Téléphone 7,5% - Fatigue 2,8% - Cannabis 2,5% 

L'addition des causes est un facteur aggravant. 
Sources 2008 Ministère de l'Intérieur 





ENSEMBLE des NEUF GRANDES BRANCHES D'ACTIVITES en FRANCE - ANNEE 2008 

Nombre de salariés : 18 508 530 

Nombre d'accidents avec arrêt : 703 976 

Nombre d'accidents avec Incapacité Permanente (hors décès) : 44 037 

Nombre de décès : 569 

Nombre de journées perdues par Incapacité Temporaire : 37 422 365 

Sources : Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés 
Direction des Risques Professionnels - Mission Statistiques août 2009 



Page suivante : Contact